Des pierres sont arrivées !

 

J’ai reçu ce matin ma commande du mois chez mon fournisseur habituel. J’achète souvent chez lui car d’abord il est en France et ensuite, la qualité est au top ! Un peu cher, certes, mais mes bijoux le valent bien…

Une phosphosidérite, pierre que je ne connaissais pas encore. D’après ce que je trouve comme renseignements, c’est une roche assez friable et poreuse et donc elle est fixée, avec une résine je suppose, pour être utilisée en bijouterie. Sa couleur peut aller de l’incolore au pourpre.

Toutes les phosphosidérites viendraient du Chili. Cette pierre est dérivée de la variscite qui dérive elle-même de la turquoise. Son nom lui vient de sa composition chimique phosphorus (phosphore) et sideros (en grec le fer). 

Pour ceux qui s’intéressent à la lithothérapie, la phosphosidérite débloquerait les chakras du cœur et coronal.

Sa couleur est une aubaine ! Je ne sais pas encore dans quel bijou je l’intégrerai, j’attendrai peut-être d’en avoir d’autres car celle ci- est assez petite et pourrait se perdre dans un bijou imposant.

Et des labradorites de Madagascar. Généralement, cette pierre a beaucoup de succès. Celles-ci sont dans des tons gris vert. Même si je suis plus sensible à du jaspe paysage, Picasso ou impérial, j’aime bien cette pierre.

La labradorite appartient au groupe des silicates, sous-groupe des tectosilicates,  de la famille des feldspaths plagioclases. Il s’agit d’une variété d’anorthite pour un ratio albite/anorthite de 30/70 à 50/50. Décrite par Foster en 1780, le nom est inspiré du nom de la région de sa localité-type : le Labrador au Canada. On en trouve en France. Il existe des variétés vertes, bleues, blanche et rose (source wikipedia).

La légende veut qu’un guerrier inuit aurait frappé une pierre avec sa lance, faisant naître la labradorite accompagnée d’aurores boréales. Des rayons de ces aurores boréales seraient enfermés dans la pierre, de même que l’âme des ancêtres.

En lithothérapie, ce serait une pierre de protection qui absorberait les énergies négatives jusqu’à les dissoudre, rééquilibrant et redonnant de l’harmonie à l’aura.

J’ai plusieurs créations en cours, je ne sais pas encore ce que deviendront ces pierres. Je suis comme ça, je fais des réserves, j’aime bien avoir du choix. Je pense à faire un truc et en fouillant dans mes pierres, j’en trouve une qui soudain m’inspire et je pars sur autre chose !

Dans ce collier, deux petites labradorites et du jaspe :