Un week-end mi travail, mi repos.

Hier et un peu aujourd’hui, j’ai bien avancé mon abécédaire de liberty.  J’en suis au E comme vous le voyez ci-dessus, c’est le deuxième tiroir de ma tour à liberty. Il en reste encore six, des tiroirs, et la valeur d’un bon tiroir de coupons entassés sur la tour car ça ne tient plus dedans… Il va falloir aviser (rajouter un tiroir) et reclasser correctement les tissus car pour ma dernière commande de boutons, j’ai passé une heure à chercher le “Kimberley and Sarah”. L’ordre alphabétique n’est pas toujours respecté quand je range : soit j’attribue le mauvais nom au tissu à classer, soit je ne connais plus mon alphabet ! 

Je vais délaisser un peu les liberty et changer de métier durant le reste de l’après-midi, pour broder quelques perles sur un petit bracelet en cours. Pas de sortie cet après-midi, le soleil est déjà remplacé par la pluie. Et hier, juste au moment de sortir un peu, les premières gouttes tombaient !  

 

La vie d’une artisane

J’ai choisi et j’assume.

J’aurais pu reprendre une activité salariée pour compléter mes revenus amoindris par ma santé.

J’ai connu le stress, le harcèlement, le burnout et même si j’adorais mon métier, je ne me sens plus capable d’être sans cesse en empathie pour des inconnus.

En 2010, après deux ans d’inactivité, ma fille m’a offert de quoi me lancer dans le “patouillage” d’argile polymère. Ça tombait bien, car j’admirais beaucoup certaines créatrices mais je n’aurais jamais osé me lancer. Et ça tombait bien aussi car mon activité préférée, le jardinage, devenait de plus en plus douloureuse pour moi.

Deux ans plus tard, des réserves de colliers et boucles d’oreilles en tout genre me poussaient à me lancer dans l’auto entreprise.

Je ne regrette pas. je fais ce que je veux quand je veux et je n’ai pas tendance à procrastiner, je travaille autant que mes vieilles douleurs me le permettent.

Par contre, mon activité a changé, le “fimotage” n’étant plus apprécié par mes mains.

Pour remplacer le jardinage, en bonne fille de couturière et mère de styliste, je suis tombée dans le “gagatage” du tissu liberty of London, c’est mon jardin éternellement fleuri !  Je le transforme en accessoires et en boutons. Et pour rester dans les bijoux, depuis maintenant deux ans, je crée des bijoux brodés de perles et autres pierres, cristaux, etc.

Je bosse beaucoup. Quelques heures de créations par jour et beaucoup de boulot sur l’ordinateur : retouche de photos, mises en ligne, recherches de fournisseurs, commandes, réseaux sociaux, etc.  Quand la fatigue me porte vers mon lit, je continue avec ma tablette équipée de windows.

Aujourd’hui par exemple, j’ai commencé un “abécédaire” de mes liberty. Il n’est pas encore en ligne mais on peut toutefois le voir ici. Il est destiné aux clients qui voudront faire faire un bandeau en choisissant eux-mêmes les deux liberty qui le composeront. Ensuite je le mettrai à disposition pour différentes autres choses (bagues, boutons de manchettes, badges, miroirs, etc). J’en ai pour plusieurs jours… Je ferai quand même un peu de broderie en fin de journée quand j’en aurai assez d’avoir les yeux sur un écran

Les revenus issus de mon activité artisanale sont très réduits, car comme dirait Mélanie dans son blog, il faut bien connaître sa clientèle cible et surtout savoir comment l’atteindre. J’ai sauté cette étape ! J’espère toujours pouvoir me rattraper, alors c’est un peu la cause de la renaissance de ce blog (oui, je l’ai commencé en juin mais je l’ai perdu dans les méandres de l’installation de ma boutique…).

Si vous pensez faire partie de ma clientèle cible, ne manquez pas de visiter ma boutique de bijoux brodés Madila Création    et celle associée à ce blog Madila liberty